10 façons d’identifier une vraie robe vintage

Lorsque vous commencez à acheter des vêtements véritablement vintage, vous remarquerez certaines choses spécifiques qui sont différentes des vêtements fabriqués aujourd’hui. Ces petits détails peuvent vous aider à déterminer si vous avez ou non une robe vintage. S’agit-il vraiment d’un vêtement vintage ? Jetez un coup d’œil à ces 10 caractéristiques qui vous aideront à le savoir !

A lire en complément : Comment habiller joliment une petite fille pour une cérémonie ?

(Veuillez noter que dans ce cas, le terme « vintage » désigne les vêtements des années 1950 jusqu’au début des années 1960).

A lire aussi : Les trois étapes importantes pour entretenir une culotte menstruelle

  1. L’étiquette elle-même.

L’étiquette d’une robe (s’il y en a une) porte le nom du fabricant cousu dessus, généralement en script ou dans une écriture stylisée. L’étiquette elle-même est cousue librement au vêtement, souvent au point de zigzag. Dans de nombreux cas, vous constaterez que l’étiquette se déchire en raison de l’âge, de l’utilisation et de l’usure de la robe. Les étiquettes vintage semblent se déchirer de la même manière en raison du tissu dont elles sont faites.

  1.  » Créée par  » ou  » Originale « .

Dans les années 50, il était courant qu’une étiquette indique par qui la robe année 50 avait été conçue (ou stylisée). Il était également courant d’indiquer que la robe était « originale ». Lorsque vous voyez des étiquettes portant ces mentions, vous êtes probablement en présence d’un véritable article vintage. Outre ces termes, vous remarquerez également que de nombreuses étiquettes indiquent la ville ou l’État d’où provient la robe, par exemple « Cordette of California ».

  1. L’étiquette de lot/taille.

Elle peut être présente ou non sur la robe en question, mais si c’est le cas, elle indique qu’il s’agit d’un vêtement vintage. Le mot « lot » apparaît au-dessus de la taille du vêtement. Les étiquettes ressemblent en principe à l’image ci-dessous. N’oubliez pas non plus que les tailles de l’époque sont très différentes de celles d’aujourd’hui. Par exemple, une taille 12 équivaut à peu près à une taille 4 américaine, une taille 13 à une taille 6 et une taille 14 à une taille 8.

  1. Fermetures à crochets et à œillets

De minuscules fermetures à crochets et à œillets étaient fréquemment utilisées sur les robes dans le passé. On les trouve dans la nuque pour fermer la robe, ou parfois à la taille. Bien qu’elles soient encore utilisées pour fermer les pantalons et les jupes, les fermetures à crochet dans la nuque sont rarement utilisées aujourd’hui. En effet, si le haut d’une robe année 50 n’est pas complètement fermé et que notre soutien-gorge apparaît, ou si nous montrons un peu plus de peau que prévu, nous nous en moquons complètement. Mais à l’époque, les femmes étaient plus élégantes, plus conservatrices et beaucoup moins relâchées.

  1. Petits boutons-pression.

À l’instar des fermetures à crochets, les petits boutons-pression en métal étaient souvent utilisés pour combler les lacunes des vêtements. Ce détail précis est ce qui différencie les vêtements vintage des vêtements d’aujourd’hui. Ces boutons se trouvaient souvent sur les robes à boutons. Les petits boutons-pression servaient généralement à fermer la robe au niveau du ventre, sous le corsage.

  1. Le bouton de col avec boucle.

De nombreuses robes boutonnées de l’époque en étaient pourvues ! C’est un signe de l’époque conservatrice des années 50 et du tout début des années 60… Juste au niveau du col, il y a un minuscule bouton qui se ferme par une fine boucle. Cette boucle est soit élastique, soit, dans certains cas, simplement en fil. Fixez-le et vous serez boutonnée jusqu’au bout des ongles et vous serez l’enfant-vedette de la modestie ! Cette caractéristique est un excellent moyen de distinguer les robes des années 50 de celles des années 80 (lorsque la robe taille chemise est revenue à la mode). Après le début des années 60, les cols se fermaient rarement à cette hauteur et restaient généralement ouverts de quelques centimètres au niveau du cou.

  1. Fermetures à glissière latérales partielles.

Oh, les fameuses fermetures à glissière partielles, ou comme je les appelle habituellement, les « demi » fermetures à glissière. Cette fermeture est située sur le côté gauche de la robe. Elle commence juste sous l’aisselle et s’arrête à peu près au niveau de la hanche. Personnellement, je trouve ces fermetures à glissière ennuyeuses. Elles n’ouvrent pas suffisamment la robe pour qu’on puisse y entrer et en sortir et on se coince toujours le bras dans l’espace quand on essaie de trouver l’emmanchure ! Je trouve cependant que cet emplacement gênant de la fermeture éclair est un bon moyen d’identifier une robe vintage.

  1. Tissu non extensible.

La plupart des tissus utilisés pour les robes (qu’il s’agisse de coton, de taffetas, de nylon, etc.) ne contiennent pas d’élasthanne et ne sont donc pas extensibles. Nous avons l’habitude d’enfiler une robe par-dessus notre tête et de pouvoir l’enlever tout aussi rapidement sans craindre les déchirures. Ce n’était pas le cas avec les vêtements anciens ! De nombreuses robes n’avaient aucune élasticité et si vous bougiez trop rapidement en entrant ou en sortant, ou si vous étiez juste un peu trop petite pour la robe, vous pouviez vous retrouver dans une situation de déchirure potentielle. Il nous semble étrange d’avoir affaire à ce type de tissu qui se déchire comme du papier si l’on ne fait pas très attention. Jusqu’à présent, j’ai déchiré quatre robes vintage de cette manière à différents endroits. Soyez prudentes, mesdames !

  1. Non doublée avec coutures apparentes.

Pour voir ce que je veux dire, mettez retournez votre robe année 50. Dans de nombreux cas, les robes anciennes n’étaient pas doublées. Les femmes de l’époque devaient porter des slips séparés en guise de sous-vêtements. Lorsque vous regardez l’intérieur d’une vraie robe vintage voir sur le site: madame-vintage.com, vous verrez de grandes coutures apparentes.

  1. L’odeur. Avant que vous ne disiez « beurk », ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose !

La plupart des vêtements vintage ont une odeur de renfermé, mais pas mauvaise. Cela ne signifie pas que le vêtement est sale, mais simplement qu’il est vieux, et comme il s’agit d’un vêtement vintage, c’est une bonne chose ! Je classe cette odeur dans la catégorie des feuilles d’automne mouillées. Ce n’est pas très frais comme les fleurs, mais c’est une odeur agréable et musquée. J’ai également remarqué que certaines des robes que j’ai achetées ont une certaine odeur parce qu’elles sont fabriquées dans des tissus que nous n’utilisons plus, comme certains mélanges de laine. Personnellement, j’aime l’odeur de renfermé d’une vieille robe. Lorsqu’elle flotte dans l’air de ma chambre par une nuit d’été, je la respire et je me dis : « Ahhh… vintage ».